Archives des catégories: Je Suis Une Personne Comme Les Autres

Je me suis faite tatouer

premier tatouage

Cela faisait longtemps, très longtemps, que j’avais envie de me faire tatouer. J’en rêvais déjà quand j’avais 15/16 ans, je voulais me faire une étoile sur l’aine parce que je trouvais ça trop sexy. Qu’on se le dise, je suis heureuse de ne pas l’avoir fait à l’époque, car aujourd’hui ce type de tatouage ne me fait plus du tout envie. Par la suite, j’ai eu diverses idées de tatouages, plus ou moins réalistes, plus ou moins pourries. J’ai beaucoup changé d’avis sur mon premier tatouage, que ce soit sur le motif ou son emplacement.

Encore une fois, je suis plutôt contente d’avoir eu trop la trouille pour sauter le pas alors que je ne m’étais pas totalement décidée… Parce qu’un tatouage, c’est quand même plus ou moins pour toute la vie. Il faut continuer à l’aimer et surtout l’assumer. Même si je n’ai jamais eu l’idée de me faire tatouer une grosse femme à poil sur le bras, je ne suis pas certaine que j’aurais été ravie de me coltiner tous les tatouages que j’ai pu envisager tout au long de ma courte vie.

Aujourd’hui, j’ai décidé de partager avec vous ma petite expérience de jeune tatouée . Je vais vous parler de mon tatouage, de son histoire, de sa signification et bien sûr du tatouage en lui-même : avant/pendant/après. Read More →

Rendez-vous sur Hellocoton !

Dire je t’aime

dire je t'aime

Au cours des derniers mois, beaucoup de choses ont changé dans ma vie. J’ai l’impression d’avoir grandi, d’avoir gagné en maturité, d’avoir changé, de m’être trouvée. J’ai fait des choses dont je ne m’aurais jamais cru capable l’année dernière. J’ai eu des expériences à la pelle . Des expériences positives, des expériences négatives… Des expériences tout court. Je me sens vivante comme je ne l’ai jamais été avant, je me sens forte comme si rien ne pouvait m’arriver, je suis optimiste, moi qui ai si souvent été d’un pessimisme alarmant.

Pendant très longtemps, j’ai fait partie de ces adolescentes qui sacralisent l’Amour. Le Vrai, L’Unique, Celui Avec Des Majuscules. L’Amour qui dure toujours, qui est plus fort que tout. Un Amour qui fait du Mal autant qu’il fait du Bien. L’Amour Passion, celui des romans, celui des films, celui des chansons. J’ai cru en cet Amour fantasmé, j’y ai joué en pensant que c’était la meilleure façon d’aimer. Pire, l’unique façon d’aimer.

Aujourd’hui, j’y reviens. Je me défais de ce qu’on m’a appris, de ce que j’ai cru apprendre dans les romans d’amour.

Avant, quand je disais Je T’Aime, ces mots sonnaient comme une promesse . La promesse d’un futur, de projets, d’éternité. Je t’aime, c’était l’Amour de Roméo et Juliette. Je t’aime, c’était presque un secret, un secret honteux. Un trésor qu’on réserve à notre âme sœur. Dire Je t’aime, c’était une faiblesse. C’était se livrer tout entier à l’autre, se mettre à nu, être prêt à souffrir. On ne dit Je t’aime qu’à une seule personne, celle qu’on aime, celle avec qui on veut passer le reste de nos jours, celle pour qui on pourrait crever. Read More →

Rendez-vous sur Hellocoton !

J’ai testé l’atelier Drag Kings !

drag king cabinet de curiosité féminine avec Louis de Ville

Oui c’est moi au premier rang ♥ Et Louis est au milieu avec les lunettes ♥

Le 22 février dernier, j’ai eu la chance de participer à l’atelier Drag Kings animé par l’incroyable Louis(e) de Ville, organisé par le Cabinet de Curiosité Féminine. Cela fait un petit moment que j’ai découvert le Drag King, mais je ne savais pas vraiment où pratiquer, ni même où voir des shows. Parce qu’autant les Drag Queens, on en trouve à la pelle à Paris, mais les Drag Kings ne courent pas les rues ! C’est un peu par hasard que je suis tombée sur l’atelier du Cabinet de Curiosité sur Internet, j’ai immédiatement proposé à une des mes potes de m’accompagner et sans trop réfléchir, nous avons réservé nos places. Aujourd’hui, je partage avec vous mon expérience de bébé Drag King . Et bébé deviendra grand, je l’espère ! Parce que je ne compte pas m’arrêter là, qu’on se le dise ! J’ai trop apprécié cette expérience pour que mon King soit un one-shot.

Le Drag King, c’est quoi ?

Le Drag King, c’est le pendant masculin du Drag Queen. Les Drag Kings sont des personnes qui par le déguisement et le théâtre, vont se construire une identité masculine basée sur des stéréotypes de genre poussés à l’extrême, autrement dit l’agressivité, la combativité et la fierté sont mises en avant, en opposition aux valeurs féminines stéréotypées de douceur, tendresse et discrétion. Peu importe le genre dont on part, on peut être une femme, un homme, neutre, etc et faire du Drag King ! Plus qu’une manière de se travestir et un jeu, c’est aussi une façon de faire le show. Le Drag King appartient à la scène, on ne se king pas dans la vie de tous les jours !

Pour plus d’infos, je vous invite à lire cet article de Barbiturix et à aller jeter un oeil à la page Facebook du Drag King Fem Show.

En France, il n’y a pas des masses de Drag Kings… et peu de spectacles. Alors pour apprendre à se kinger, c’est compliqué… Il existe quelques ateliers, par ci par là, mais je n’ai pas trouvé de cours réguliers ou même de lieu où il y aurait des spectacles. Néanmoins, j’ai trouvé cette vidéo sur Internet d’un show de Louis de Ville, le pendant masculin de la danseuse burlesque Louise de Ville. C’était lui qui animait l’atelier auquel j’ai participé. Je ne sais pas vous, mais personnellement je suis en totale admiration… et amusée aussi, il faut le dire !

Attention, spectacle olé-olé type effeuillage masculin à ne pas regarder avec des enfants ou au boulot avec le boss à côté ! Read More →

Rendez-vous sur Hellocoton !

Lettre ouverte à la fille de 15 ans que j’ai été

lettre à moi-même

Chère moi-même de 15 ans,

Je t’écris cette lettre du futur . Je ne sais pas si on va inventer une machine à voyage dans le temps prochainement, encore moins si le Docteur va frapper à ma porte (et dire qu’à cet âge, tu ne sais pas encore qui est le Docteur…), mais sait-on jamais, je suis du genre optimiste. Le problème est sans doute que si tu reçois cette lettre, alors cela risque de changer un peu mon avenir. Du coup je n’aurais plus besoin d’écrire cette lettre, du coup tu ne la recevras jamais. Sauf si cela crée une réalité alternative. Et alors, ça serait grave cool. Mais je m’égare.

Lorsque j’écris cette lettre à moi-même (enfin que tu t’écris cette lettre, cela dépend du point de vue), je vais bientôt avoir 22 ans. Autrement dit, je suis toi avec sept ans de plus. C’est un bon chiffre, le sept. J’ai toujours aimé le sept. Avec le treize, mais c’est mon côté rebelle. J’ai beaucoup de choses à te dire, tu sais. Vraiment beaucoup. Mais je vais commencer par le plus important.

Tout ira bien.

Je sais que ça te semble complètement aberrant. Je sais que l’emploi du futur te terrorise, que tu ne t’imagines pas dans sept ans, que dans ta tête c’est le bordel, que tu refuses de voir plus loin qu’après demain et que tu penses que ta vie s’arrêtera à seize ans comme par magie, parce qu’après ça sera trop dur, trop adulte et trop réel. Sauf que c’est la cruelle vérité : tu vas avoir un futur.

Je ne te dis pas que ce sera facile, au contraire. Tu vas encore en traverser des épreuves, je peux te l’assurer. Tu vas morfler ta race, tu vas verser des litres et des litres de larmes, tu vas rester des jours entiers allongée dans ton lit avec des idées noires et j’en passe et des meilleures. Je ne vais rien te dire de plus, ça risque de te décourager. Je pourrais te conseiller, pour éviter toutes ces merdes, mais même si je le pouvais, je ne le ferai pas.

Je veux que tu vives tout ça. Même si ça fait un mal de chien, même si tu auras l’impression que tu vas en crever, même si tu auras envie de toute laisser tomber. Ça va te rendre forte, tu ne peux même pas imaginer. Je ne dis pas que tu seras dure comme le roc, mais tu seras un peu badass dans ton genre. Rien qu’un peu. Tu auras des rêves et des convictions, toi qui es si pessimiste et amorphe.

Il faut que tu te battes. Même si tu tombes, même si tu pleures, même si tu préférerais crever. Parce que la vie, elle en vaut la peine . Je sais que ça te paraît absurde, tu dois même douter que c’est vraiment le toi du futur qui t’écris, mais je te jure que je le pense maintenant. Il y a tellement de choses à faire, à apprendre et à découvrir. Read More →

Rendez-vous sur Hellocoton !

J’ai un emploi du temps de ministre

J’ai un emploi du temps de ministre, c’est souvent ce que je dis à mes dates pour les prévenir qu’il sera très difficile de caler un rendez-vous. C’est vrai, mon agenda n’a jamais été aussi surchargé de toute ma vie. J’ai toujours quelque chose à faire, c’est presque infernal. Il est vraiment très rare de voir un jour vide dans mon agenda . Ou plutôt dans mes agendas. Parce que oui, j’en tiens plusieurs.

J’ai un premier agenda général, celui qui contient à peu près toute ma vie. Il y a mes cours, notés heure par heure, mon planning d’alternance (une semaine sur deux), mes rendez-vous, mes sorties et même mon programme de blogueuse quand je suis motivée. Au début, j’avais un joli code couleur. Maintenant, c’est très bordélique et pas très joli, il faut être honnête. Mais tout est fait pour que je n’oublie rien et je peux vous dire que ce n’est pas gagné d’avance. J’ai tellement de choses à penser que si je ne le note pas, je sais que je l’oublierai .

Ensuite, j’ai un second agenda consacré exclusivement à mes activités associatives. Je gère les interventions en milieu scolaire de sensibilisation aux LGBTphobies, je peux vous dire que ça demande de l’organisation ! Je note toutes ces interventions, mais aussi le planning d’envoi de mails à mes bénévoles pour les prévenir de telle ou telle intervention, ou des formations. Je note aussi mes créneaux de bénévolat, toutes les activités de mes asso, les rassemblements, les journées mondiales, bref TOUT. Souvent, ça fait doublon avec mon premier agenda, mais il y a des détails que je ne note que dans le second alors… j’ai vraiment besoin des deux. En plus, ça me permet de séparer un peu mes différentes vies et je vous assure que c’est vital.

Enfin, j’ai trois carnets. Parfaitement : trois. Et ils sont tous essentiels. Un carnet pour noter mes idées et programmer mes vidéos sur Youtube. Un carnet dédié à l’avancé de mon mémoire de recherche (le site d’information Yagg et les communautés LGBT+ en ligne). Un carnet pour mes relations avec les collèges et lycées (cf. mon travail de responsable des interventions en milieu scolaire) dans lequel je prends des notes sur toutes les conversations, problèmes, projets qui concerne cette commission.

En plus de tout ça, j’ai également divers carnets de notes consacrés à l’écriture que je trimbale quand j’ai assez de place. Mais disons que comme je n’ai plus le temps d’écrire depuis quelques mois, je ne m’encombre plus avec.

Avec tout ça, j’ai de plus en plus tendance à prévoir mes activités un mois à l’avance. Que dis-je ? J’y suis obligée ! Si je veux pouvoir faire tout ce que je veux, je me dois de tenir des agendas de façon assez stricte. Enfin stricte… façon de parler. Bien sûr que je raye des trucs quand je n’ai pas le temps ou tout simplement pas envie ! Bien sûr que je me cale des sorties du jour au lendemain, juste pour le plaisir ! Read More →

Rendez-vous sur Hellocoton !