Kings of Suburbia – Tokio Hotel

Schrei, c’était en 2005. Zimmer 483 en 2007. Humanoid en 2009. Déjà en 2010/2011, on n’entendait plus vraiment parler de Tokio Hotel. Puis, ça a été le silence radio. Pas de dissolution du groupe officielle, pas vraiment de news, quelques apparitions ça et là dans les médias des jumeaux Kaulitz… Autant vous dire que ça faisait un moment qu’on n’espérait plus le retour de Tokio Hotel. Ça avait été LE phénomène entre – globalement – 2006 et 2008 et on a failli croire qu’ils finiraient comme tous les boys-bands pour ado : au grenier. Finalement… on dirait que non.

Depuis quelques mois, le groupe (et surtout les jumeaux) sont de retour sur Youtube. Ce mois-ci, Tokio Hotel a sorti son nouvel album : Kings of Suburbia (soit dit en passant le groupe a failli changer de nom…). J’étais à la fois curieuse, heureuse et anxieuse. Qu’on se le dise,  Tokio Hotel, c’est un peu toute mon adolescence. Oui, j’ai fait partie de ces gamines qui au collège, ne juraient que par le groupe allemand (et en allemand !). Ça n’a pas toujours été simple, on s’est souvent foutu de ma gueule. Il n’était pas facile d’être fan de Tokio Hotel quand on avait 15 ans. Surtout quand on voulait être un peu rock. Mais quand j’y pense, ça m’a aussi beaucoup apporté. Notamment de la répartie.

Au diable les souvenirs d’ado, venons en au fait. Le nouvel album de Tokio Hotel. Déjà, on remarque sur la pochette qu’ils ont changé de logo. Il est moins grossier et plus moderne. Ensuite, on voit que, si Georg et Gustav sont restés plus ou moins les mêmes, les jumeaux ont bien changé. Et je crois qu’avec son nouveau look, Bill a violé mon adolescence (et ma rétine avec), comme dit une de mes amies.

Bill and Tom Kaulitz 2014

Et encore, c’est super soft sur cette photo… Mais regarde .

Accrochez-vous à votre slip, parce que le groupe que vous avez connu étant petit a bien changé. Ils ont grandi, d’abord. Et ils ont évolués, ensuite. En bien, en mal ? Moi-même je ne saurais pas le dire. C’est seulement différent. Déjà sur Humanoid, ils amorçaient un virage surprenant pour nous, fans de la première heure. On est passé du pop rock glam à… je ne sais pas trop. Un mélange entre le rock alternatif et l’électro peut-être ? Et c’est là que je me demande s’ils n’auraient pas dû changer de nom. C’est tellement différent.

Laissez-moi m’expliquer.

separateur

Kings of Suburbia est composé de 15 titres dans sa version deluxe. Je vais vous donner mon avis sur chaque chanson avant de faire une petite synthèse sur l’album et vous donner mon ressenti général.

1. Feel It All ★★✩✩✩

J’ai été habituée à plus fort niveau première chanson d’album. On a eu Schrei, Übers Ende Der Welt et Komm. A côté, Feel It All n’envoie pas grand chose. On a l’impression que le pont va lancer le refrain mais… non, tout ça reste assez plan-plan. On n’a pas la montée en puissance qu’on attend. Point positif, la voix de Bill est extrêmement travaillée et remixée, ça nous prépare à la suite. Pas en bien, si vous voulez mon avis, mais du coup dans les autres chansons, dès qu’on a droit à de la voix un peu plus brute, on est content. Beaucoup de sons électroniques, la guitare, la basse et la batterie (si présents…) sont quasiment inaudibles, on se prépare au pire. Pour les paroles, on repassera. C’est en anglais et c’est pas pour rien. Je pleure d’avance les textes en allemand. Je mets quand même deux étoiles parce que je suis gentille et que j’aime bien la musique et la voix sur : Into the sunrise – Falling away now – Falling away and we feel it all.

2. Stormy Weather ★★★★✩

C’est là que je retrouve le sourire. J’ai été préparé par la première chanson, alors j’accepte davantage le mixage et le côté electro (moi qui ne jure que par la guitare, c’est un comble). J’aime le rythme, j’aime le son et même la voix déformée de Bill sur les refrains flatte mes oreilles délicates. Ça bouge plus et le contraste entre les couplets et les refrains est bien marqué. Il y a des sons assez différents dans cette chanson et je dois dire que j’aime assez.

3. Run, Run, Run ★★★★✩

La toute première chanson à être sortie en AVP via un joli clip tout en noir et blanc. Après Stormy Weather, le calme revient et on a droit à un beau duo des deux frères. Tom a visiblement appris le piano, je reviendrai sur le cas de Tom à la fin, j’ai pas mal de choses à dire. En tout cas, la chanson est vraiment très belle. Un peu comme dans un rêve, tout ça est très doux, un peu irréel. Bill atteint des aigus assez impressionnants, je me demande s’il réussira à les ressortir en live ou s’il nous fera le même coup qu’avec Automatisch… Je me plais à croire que cette voix n’est pas purement artificielle.

4. Love Who Loves You Back ★★★★✩

OH YEAH ! Bon je l’avoue, c’est surtout le clip qui me fait kiffer. On voit que les petits ont bien grandis, ils font des choses sexuelles. A plusieurs en plus… Bill, ce coquinou. Je me plais à croire qu’il joue dans mon camp, celui-là. Allez, on manque de bi assumés, fais un petit effort mon mignon. Mais pour en revenir à la chanson, elle est plutôt cool. Le rythme est prenant, on tape du pied. J’aime le message de la chanson. Ce qui est un peu dommage, c’est que tout est un peu sur le même registre et sur le même volume. Mais attention, on entend les instruments ! OHOHOH serait-ce l’album d’un groupe de musique finalement ?

5. Covered in Gold ★✩✩✩✩

Franchement, c’est quoi ça ? On avait des chansons cools et là, d’un coup, on a ça… Merde, Bill est assez bon chanteur à la base ! Je me souviens de bonnes chansons en acoustique (exemple ici) et il était encore tout gamin ! Il n’a pu que s’améliorer, normalement. Alors pourquoi aller tout foutre en l’air avec un mixage pareil ? Je sais, c’est fun de jouer avec un ordinateur, on peut faire des trucs bien louches, mais là c’est trop pour moi. Ok, ça donne une ambiance particulière et il y a sans doute du travail derrière, mais je bloque. En plus la mélodie n’a rien d’original.

6. Girl Got a Gun ★★★★

C’est vraiment les montagnes russes avec cet album. Celle-là, elle est vraiment fun. Alors je sais que juste au-dessus, j’ai dit que je n’aimais pas le mixage excessif sur la voix, MAIS là c’est vraiment fun. Les répétitions dans la chanson pourraient être lassantes, mais ça ne me fait que bouger davantage. Le clip a détruit l’image gentillette que j’avais du groupe et n’est pas ultra fin mais… ouais, c’est amusant. C’est d’ailleurs le but, de faire un truc un peu délire. Par ailleurs, l’esthétique est vraiment sympa. J’adore mais… c’est pas du Tokio Hotel, non ?

7. Kings of Suburbia ★★★✩✩

On reste sur une chanson qui bouge, celle qui a donné son nom à l’album. J’aime bien le rythme, je me vois très bien marcher dessus dans la rue, en bousculant les gens. J’aime aussi beaucoup toute la partie parlée, pas à faire trop souvent, mais ponctuellement ça peut rendre très bien. La recette marche, le souci, c’est que tout est un peu trop sur le même volume. On s’attend à une envolée, on voudrait que ça explose, mais ça ne vient pas. Un peu, mais pas assez. Du coup, je reste un peu frustrée.

8. We Found Us ★★★★✩

Là, moi j’ai envie de danser. Je pense avoir été préparée à cette chanson par les sept précédentes. Le pire, c’est que ça marche. J’accroche complètement à celle-ci et je lui donne quatre étoiles pour la route. Et on est d’accord que les paroles : Girls and girls and boys and boys c’est genre : Girls and girls – plus loin – Boys and boys. Ne pourrissez pas mon groove, s’il vous plaît.

9. Invaded ★★★★

Lalalala… Cet album est cool en fait. Ok, la voix est un peu mixée, mais c’est presque rien comparé au reste de l’album. Résultat je retrouve mon amour d’adolescence et mon petit cœur fond comme la neige au soleil. Cette balade est vraiment magnifique. Et elle est totalement différente de Run, Run, Run. Ça monte quand ça doit, puis ça redescend, ça remonte, etc. Moi, je suis, comme une petite fangirl bien élevée.

10. Never Let You Down ★★★✩✩

Grâce à la chanson 9, j’étais prête à écouter à peu près n’importe quoi. La preuve, j’ai mis trois étoiles à cette chanson à la première écoute alors que maintenant, je me demande un peu pourquoi. Le pont et le refrain sont frais, certes, mais… je ne saurais vous dire ce qui m’a autant plu la première fois. Mystère.

11. Louder Than Love ★★✩✩✩

A côté de Run, Run, Run et Invaded, cette balade fait chou blanc. C’est sympa, ça se laisse écouter, mais ce n’est pas franchement top. C’est la dernière chanson de l’album dans sa version normale. Ça me fait un peu penser à Ich Bin Da, j’ai mis très longtemps à l’apprécier, celle-là. Bref, je ne suis pas convaincue.

12. Masquerade ★★★★★

La seule chanson qui justifie l’achat de la version deluxe. Le début n’est pas forcément très heureux, mais il y a un détail dans cette chanson qui me fait mouiller ma culotte sans vouloir être vulgaire (je suis toujours tellement classe). C’est la voix de Bill sur : In time – we hide in a masquerade of heroes et le reste du refrain. Ça me fait penser à ce putain de Im schwarzen Sonnensystem qui m’avait fait des trucs il y a cinq ans de ça. Ce n’est pas juste une intonation, c’est de la pornographie. Je suis une fille faible, il ne m’en faut pas plus pour remettre mes fringues de fangirl.

13. Dancing In The Dark ★★✩✩✩

C’est là que ça se gâte. J’ai eu l’impression de réécouter une chanson précédente, un peu différente peut-être. La mélodie des couplets n’est pas mal, après le refrain ressemble trop à ce qu’on a déjà entendu. Point positif : on entend de la batterie, n’est-ce pas ?

14. The Heart Get No Sleep ★★✩✩✩

Encore la même chose. Là c’est le pont qui rattrape le coup. Le refrain est d’une banalité affligeante.

15. Great Day ★★★✩✩

Dernière chanson, je n’attendais plus grand chose. Mais étrangement, j’ai eu une bonne surprise. Dans cette chanson, on entend les instruments CHAMPAGNE ! Oui, c’est la batterie, là, et on dirait de la basse en fond, et du piano… C’était donc un album de Tokio Hotel en fait ? Et puis It’s time to say goodbye, c’est tellement eux.

Moyenne de l’album ★★★✩✩
Il y avait du très bon et du très mauvais, alors ça s’est compensé.

tokio hotel kings of suburbia

Tokio Hotel a bien changé, je pense que c’est officiel . On est loin, très loin de Schrei et Zimmer 483. Alors il est vrai qu’à cette époque, non seulement ils étaient jeunes, mais en plus on ne peut pas dire qu’ils écrivaient leurs chansons. Ils devaient aimer un minimum, mais on pouvait être sûr que le jour où ils auraient enfin les mains libres, ils feraient quelque chose de différent. Mais delà à imaginer un virage electro ? Je ne sais pas. Tokio Hotel, c’était un groupe de rock (quoi qu’on en dise). J’aimais les sons bruts de Schrei, malgré leur simplicité.

Ce qui me fait le plus mal, c’est le passage à l’anglais et les messages trop similaires dans les chansons avec des paroles assez pauvres. Amour et liberté, cool. Dans Schrei et Zimmer 483, on avait quand même droit à des sujets un peu plus intéressants et touchants : l’amour, certes, mais aussi le divorce, la drogue, le suicide, la différence, l’oubli… Sous prétexte qu’on passe en anglais, on fait comme si les paroles n’étaient pas importantes, je ne suis pas d’accord.

Il y a vraisemblablement un gros travail de post-prod sur cet album et tant mieux pour eux. Ils ont appris à faire des tas de choses. Je me demande juste si Georg et Gustav ont eu un vrai rôle à jouer… Dans les vidéos de leur chaîne, on ne les voit quasiment pas. Autant Gustav, je peux imaginer qu’il a retravaillé les rythmes après Tom, mais Georg ? Il a fait autre chose que la basse ? J’ai hâte de lire leurs futures interviews, pour en savoir un peu plus. En tout cas, vous pouvez oublier cette légende urbaine qui faisait de Bill le leader sous prétexte qu’il tient le micro. Le leader, c’est Tom. Il reste assez en retrait, mais c’est clair quand on les entend parler de leur musique. Tom fait quasiment tout, c’est lui qui s’est visiblement fait plaisir sur cet album. Bon, sans doute que les autres aussi, mais je me comprends.

Je suis déçue et en même temps pas. J’aime bien, c’est sûr et mes petites étoiles attestent du plaisir que j’ai pris à écouter cet album. Mais… ce n’est pas le groupe de musique de mon adolescence. Et pour ça, peut-être aurait-il été judicieux de changer de nom, comme ils l’avaient envisagé. On est dans un autre univers, ça n’a plus grand chose à voir.

J’ai quand même hâte d’entendre ce que ça donne en live. J’ai du mal à imaginer comment ils peuvent faire pour faire quelque chose de « vrai » sans passer par des bande-sons. Peut-être un Tom à la boîte de mixage ?

Affaire à suivre. Je vous laisse sur une vieille chanson. Parce qu’il y a des chansons comme ça, qu’on n’oublie pas .

signa

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires sur “Kings of Suburbia – Tokio Hotel

  1. N°4 a demandé l’album pour son anniversaire (dans 2 semaines)… Je risque de l’entendre en boucle pendant quelques semaines, je te dirai si je sature ou pas ;-). A l’époque de l’adolescence de N°2, j’écoutais aussi avec plaisir :-)

    Je te l’ai déjà dit, je regrette vraiment l’abandon total de l’allemand…

Laisser un commentaire

Post Navigation