Lettre ouverte à la fille de 15 ans que j’ai été

lettre à moi-même

Chère moi-même de 15 ans,

Je t’écris cette lettre du futur . Je ne sais pas si on va inventer une machine à voyage dans le temps prochainement, encore moins si le Docteur va frapper à ma porte (et dire qu’à cet âge, tu ne sais pas encore qui est le Docteur…), mais sait-on jamais, je suis du genre optimiste. Le problème est sans doute que si tu reçois cette lettre, alors cela risque de changer un peu mon avenir. Du coup je n’aurais plus besoin d’écrire cette lettre, du coup tu ne la recevras jamais. Sauf si cela crée une réalité alternative. Et alors, ça serait grave cool. Mais je m’égare.

Lorsque j’écris cette lettre à moi-même (enfin que tu t’écris cette lettre, cela dépend du point de vue), je vais bientôt avoir 22 ans. Autrement dit, je suis toi avec sept ans de plus. C’est un bon chiffre, le sept. J’ai toujours aimé le sept. Avec le treize, mais c’est mon côté rebelle. J’ai beaucoup de choses à te dire, tu sais. Vraiment beaucoup. Mais je vais commencer par le plus important.

Tout ira bien.

Je sais que ça te semble complètement aberrant. Je sais que l’emploi du futur te terrorise, que tu ne t’imagines pas dans sept ans, que dans ta tête c’est le bordel, que tu refuses de voir plus loin qu’après demain et que tu penses que ta vie s’arrêtera à seize ans comme par magie, parce qu’après ça sera trop dur, trop adulte et trop réel. Sauf que c’est la cruelle vérité : tu vas avoir un futur.

Je ne te dis pas que ce sera facile, au contraire. Tu vas encore en traverser des épreuves, je peux te l’assurer. Tu vas morfler ta race, tu vas verser des litres et des litres de larmes, tu vas rester des jours entiers allongée dans ton lit avec des idées noires et j’en passe et des meilleures. Je ne vais rien te dire de plus, ça risque de te décourager. Je pourrais te conseiller, pour éviter toutes ces merdes, mais même si je le pouvais, je ne le ferai pas.

Je veux que tu vives tout ça. Même si ça fait un mal de chien, même si tu auras l’impression que tu vas en crever, même si tu auras envie de toute laisser tomber. Ça va te rendre forte, tu ne peux même pas imaginer. Je ne dis pas que tu seras dure comme le roc, mais tu seras un peu badass dans ton genre. Rien qu’un peu. Tu auras des rêves et des convictions, toi qui es si pessimiste et amorphe.

Il faut que tu te battes. Même si tu tombes, même si tu pleures, même si tu préférerais crever. Parce que la vie, elle en vaut la peine . Je sais que ça te paraît absurde, tu dois même douter que c’est vraiment le toi du futur qui t’écris, mais je te jure que je le pense maintenant. Il y a tellement de choses à faire, à apprendre et à découvrir.

Je sais que tu ne vas pas bien. Genre, pas du tout.

Sois un peu patiente. Reste forte et à défaut, laisse-toi guider. Tu t’en feras des amis, je te le promets. Des vrais, des sur qui tu peux compter, des pour qui tu donnerais ta vie s’il le fallait (ok j’exagère peut-être un peu, c’est mon côté romancière). Tu trouveras ta place et tu y seras bien. Ton parcours va être chaotique, c’est un fait. Tu vas passer des années à te chercher, mais tu vas finir par te trouver . Et c’est quand tu iras bien que tu laisseras enfin les autres s’approcher de toi. Tu verras, il y a des gens cools sur cette terre.

J’aimerais te dire d’appeler à l’aide, mais je sais que tu ne m’écouteras pas. Tu penses pouvoir t’en sortir toute seule. Sauf que tu ne vas faire que te noyer petit à petit. Jusqu’à ce qu’enfin, tu demandes de l’aide. Pour ensuite la rejeter. Et y revenir. Tu seras assez douée dans le genre « un pas en avant, trois pas en arrière » …

Ce n’est qu’un mauvais moment à passer. Pleure un coup, demain ça ira mieux. C’est con, mais ça finit toujours par aller mieux. Quand on a touché le fond, on ne peut que remonter.

Tu es normale (ou presque).

Oui, tu réfléchis beaucoup plus vite que la moyenne. Oui, tu apprends également plus vite. Oui, tu n’as pas du tout les mêmes centres d’intérêts que les autres. Oui, tu es différente. Oui, tu fais un peu tâche. Oui, on ne te regarde pas d’un très bon œil. Mais tu verras, ce n’est pas ça qui est important. Attend d’être en prépa, et tu verras ce que c’est qu’un vrai génie. Je sais que c’est dur d’être constamment en décalage avec le monde qui t’entoure, que c’est insupportable d’être toute seule. Mais tu apprendras que tu n’es pas exceptionnelle, que d’autres sont comme toi. Donc tu es normale.

Et peu importe qu’on te promet un brillant avenir, envoie-les se faire foutre. Tu auras l’avenir que tu auras choisi, ça sera déjà pas mal. Même si tu vas mettre longtemps à choisir, ça viendra.

Oui, tu es amoureuse de cette fille. Oui, tu es bisexuelle. Oui, tu peux potentiellement faire ta vie avec une femme. Et oui, c’est normal. Tu connaîtras aussi des garçons, ne t’inquiète pas. Et oui, ils aimeront ton corps. Et si ce n’est pas le cas, tu sauras les remettre à leur place. Tu vas en vivre des histoires d’amour. Certaines seront comme dans les livres : déchirantes à en crever. D’autres seront merveilleusement ordinaires. Ce sera cool, rétrospectivement. Tu apprendras à ne rien regretter. Par contre, tu auras toujours des restes de cœur d’artichaut, tu m’en vois navrée.

La vie est belle.

Et crois-moi, ça vaut le coup de galérer pendant sept ans pour le réaliser.

Bien à toi, fais pas trop de conneries (ou plutôt : fais-en plus, bordel, faut te décoincer !)

signa

Rendez-vous sur Hellocoton !

11 commentaires sur “Lettre ouverte à la fille de 15 ans que j’ai été

  1. Je viens de découvrir ton 2e blog et vraiment, je suis fan! On apprend à vraiment te connaître, surtout grâce à cet article qui est plein d’émotions et où je me suis retrouvée.
    On devrait tous s’écrire une lettre à notre « Moi » plus jeune : pour ma part, je me serais écrit une lettre à mon Moi de 22 ans (marrant quand même que ce soit l’âge auquel tu écris toi, enfin bientôt). Je n’avais pas la même maturité que toi aujourd’hui ça veut dire ;) comme quoi tu as raison quand tu dis que tu apprends très vite!
    J’aurais aussi dit que tout s’arrange avec le temps et que je ne regrette pas d’être passée par tous ces obstacles car c’est ce qui fait ma force aujourd’hui.
    Merci pour cet article car je pense que notre Moi d’aujourd’hui a aussi besoin d’entendre de temps en temps que « tout ira bien ».

  2. Très belle lettre à laquelle je ne peux m’empêcher de m’identifier. Incroyable comme tu sais poser les mots sans en faire trop. Tu es touchante de vérité et je suis admirative de ta maturité et de la façon dont tu assumes la personne que tu es.
    Cette lettre me rappelle ton roman, et j’attends impatiemment de lire le prochain …
    Bisous

  3. C’est marrant parce que moi g que 12 ans mais je me reflète bien sur ton toi de 15 ans. Alors, en qq sortes, c’est comme si tu avais écris cte lettre a mwa *-* ! (Sauf que question conneries, j’en fais bien assez je pense x’) ).
    Bref, juste pour te dire que ça ma énormément touchée et surtout…. que je t’adore ! (ainsi que l’emmerdeuse sur ton autre blog )
    Je ne te connais pas mais c’est pourtant comme si je te connaissait !
    ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

    Bisous !

  4. Ce texte est touchant en effet, et je suis contente de voir que tu vas mieux. J’ai un peu navigué sur ton blog (ça m’a permis d’avoir un peu de tes nouvelles!) et regardé qques unes de tes vidéos, tu fais ce que tu aimes, c’est bien :) Caro

    • Oulala toi ici ! ça fait longtemps xD j’espère que tu vas bien ^^

      • Et oui, je pensais qu’on se verrait a la fameuse soirée retrouvailles ^^ je vais bien merci ! un peu à fond dans les mémoires mais bon… chaque chose en son temps! et toi?!

        • Oui bah finalement je ne sais plus ce que j’avais mais je sais que je ne pouvais pas. Je crois que ma mère venait sur Paris pour mon anniversaire … ou alors c’était autre chose, je ne sais plus.
          Et oui moi ça va, j’ai terminé mon mémoire et j’attends la soutenance ^^

Laisser un commentaire

Post Navigation