Non, mon orientation sexuelle n’est pas privée.

« Avec qui tu couches, ça ne regarde personne.
L’orientation sexuelle, c’est de l’ordre du privé. »

Voilà souvent ce que j’entends. Ça m’énerve, vous ne pouvez pas imaginer à quel point. Je ne supporte pas ce genre de réflexion, ça me donne envie de mordre et de casser de la vaisselle. Parce que je ne suis pas d’accord. Mon orientation sexuelle n’est pas privée. Et je vais vous expliquer pourquoi.

En fait, je peux tout résumer en une seule situation.

Lundi matin. Alice, Marie et Kévin sont à la machine à café. Ils se racontent leur week-end. Kévin se vante d’être parti au bord de la mer avec sa copine, Axelle. Alice raconte qu’elle a dû se taper la belle famille de son fiancé, Jules. Marie ne dit rien, pourtant elle a passé un super week-end à la campagne avec sa chérie, Emilie. Kévin propose alors une sortie au restau, tous ensembles, pour fêter son anniversaire. Bien sûr, avec Axelle et Jules. Marie ne dit rien, elle ne viendra pas avec Emilie.

Pourquoi la seule orientation sexuelle publique, ça serait l’hétérosexualité ?  Pourquoi dire qu’on sort avec une personne de même genre, ce serait faire étalage de sa vie privée alors que les hétéros parlent sans complexe de leur conjoint et installent bien en évidence une photo de leur famille délicieusement hétéronormée sur leur bureau ? Je ne dis pas que tous les hétéros le font, il y en a même qui détestent entendre les autres parler de leur couple, mais disons que ça ne choque personne quand ils le font. C’est considéré comme normal.

Si l’hétérosexualité n’est pas privée, alors pourquoi ma bisexualité le serait-elle ? Et l’homosexualité ?

Je fais une une différence entre orientation sexuelle et sexualité . Même s’il y a le mot « sexe » dans les deux, ça ne veut pas du tout dire la même chose !

L’orientation sexuelle, c’est avec qui tu flirtes, avec qui tu vas faire ta vie. Ce n’est pas privé, c’est public à partir du moment où tu tiens la main de l’autre dans la rue. La sexualité, c’est comment tu baises. Si tu aimes plutôt être dominant ou soumis, actif ou passif, si tu aimes les accessoires, si tu suces et si tu le fais plutôt dans le noir ou avec la lampe de chevet allumée. Là par contre, c’est plutôt privé (après chacun sa route, chacun son chemin !).

Si personne n’a besoin de savoir ce que je préfère au lit (sauf les personnes que je mets dans mon lit, justement), je considère normal que mon entourage sache que je n’accorde aucune importance au genre des personnes susceptibles de partager ma vie (pour quelques jours ou pour la vie).

Il y a des cons pour nous reprocher de nous afficher (nous, les couples de même genre). Pire d’afficher notre sexualité. Merde, ce n’est pas comme si on postait des sextapes sur Facebook ! Prendre la main d’une autre fille, ce n’est pas afficher ma sexualité. Afficher mon orientation sans doute. Et encore, qu’est-ce qui vous dit que je suis monosexuelle d’ailleurs ? Les couples hétéros se prennent la main dans la rue et se bécotent sur les bancs publics, on ne les accuse pas d’afficher leur sexualité. Sauf éventuellement quand le baiser devient un peu trop torride, admettons.

Je suis bisexuelle, je l’assume et j’en parle naturellement. Je ne cache rien quand je parle de mes ex et je parle de mes futur•e•s de la même manière. Ou du moins, j’essaye, parce que c’est dur, vous savez ? C’est dur d’oser , alors que je ne devrais même pas avoir à utiliser ce verbe « oser » comme si c’était effronté de ma part.

Disons que je fais de mon mieux pour honorer mes principes. C’est déjà pas mal.

signa

Rendez-vous sur Hellocoton !

14 commentaires sur “Non, mon orientation sexuelle n’est pas privée.

  1. aureliejustagirl on 6 février 2015 at 0 h 05 min said:

    J’y avais jamais réfléchi sous cet angle, mais putain ouais, t’as raison! Soit dit en passant, je n’arrive toujours pas à comprendre ce qu’il y a de choquant dans le fait d’être homo ou bi, les gens sont tellement cons parfois, c’est désespérant… :-(

  2. eh bien, en voilà un billet bien cru !
    Tu as tout à fait raison de t’exprimer à ce sujet. C’est vrai que ça ne devrait pas choquer les gens, mais que veux-tu, la société est ainsi faite.

  3. Je ne suis pas totalement d’accord. J’explique: c’est ainsi que ça se passe en France, et oui, du coup, vu l' »affichage » des hétéros, les autres peuvent se sentir cloisonnés.

    Mais après mon long séjour au Japon, je ne suis plus sûre du tout que l’orientation sexuelle, même hétéro, doivent être affichée comme ça. Au Japon, personne ne s’embrasse dans la rue; on n’évoque pas son mari, son copain, sa femme, son plan cul ou que-sais-je au déjeuner au boulot; on se tient la main, certes, mais aussi entre groupes de potes. Bref, les couples sont souvent invisibles. Parce qu’il est malpoli de s’exposer. Et si il y a « affichage », quelle que soit l’orientation sexuelle, ça ne fait qu’embarasser le « public » qui détourne le regard.
    Tout simplement parce que ça ne concerne personne d’autre que le couple en question.
    Je n’y ai jamais ressenti la moindre pointe d’homophobie, dans un pays très traditionnel; parce que c’est considéré comme privé et que personne n’a à y interférer.

    Mais si c’est « public », ça appelle à l’expression des opinions de tout un chacun, dont tu pourrais sûrement te passer.

    Je ne pense pas que ce soit applicable en France, mais ça donne l’idée d’une autre conception de la chose, que personnellement je préfère.

    • Je suis assez d’accord avec toi, ça dépend des cultures. Ce qui me dérange c’est le : deux poids deux mesures en France. Il y a comme une sorte de privé-public bizarre. Franchement ça ne me dérangerait pas que ce soit comme au Japon, mais comme tu le dis : c’est tout le monde pareil ^^’

  4. Hello Cordélia !

    Je suis tellement d’accord avec toi ! Une fois, j’ai entendu un ami gay nous dire qu’il s’affichait jamais trop avec son copain et puis reprendre la citation « Pour vivre heureux, vivons cachés ». Et là je ne suis pas d’accord, ça ne marche pas. Tant que les manifestations d’affection de dépassent pas la limite de la décence, je ne vois pas pourquoi les gens autre que hétéro devraient se cacher.
    L’amour fait partie de la vie et tout le monde peut le manifester, qu’il soit hétéro ou pas.

    Je lis toujours tes articles avec beaucoup d’intérêt, tu apportes un regard réaliste et neuf sur pas mal de choses.

    Biz et @+
    Tiph’

    PS : cette année à la fac j’ai pris comme option « Les Études de genre ». J’étais fière de connaître les définitions d’orientation sexuelle et de sexualité avant que tu ne les donnes ! Nous devrions mieux être informés sur ce vocabulaire.

    • Pour vivre heureux, vivons cachés, c’est vachement triste je trouve. Malheureusement il peut avoir raison dans le sens où s’il vit pas caché, il peut potentiellement s’en prendre plein la poire… donc bon.
      PS : ton option est cool :P

  5. Perso je cloisonne beaucoup : vie privée, vie familiale, vie sociale et vie professionnelle. Comme des poupées russes ! ^^
    Pour moi la sexualité fait partie de la vie privée, et l’orientation sexuelle fait partie de la vie sociale. Du coup, je ne l’aborderais pas en milieu professionnel, mais je ne vois pas pourquoi je cacherais mon mec ou ma meuf sous un sac nommé « friendzone pour la galerie » en public, là où de toute façon il se trouvera toujours des débiles pour critiquer quelque chose, que ce soit ma façon de me fringuer ou mon apparence.

    • ça fait beaucoup de cloisonnement tout ça x) mais la distinction vie sociale/vie prof peut être compliqué, surtout quand tu te fais des amis dans ton milieu pro en fait. Actuellement bon, je suis pas du tout pote avec ma boss et c’est la seule personne que je fréquente du coup… du coup je dis rien quand même parce que j’en suis pas à lui raconter mes week end. Voilà. Mais genre si on était une grosse boîte et qu’il y avait des amitiés qui se créaient haha. ça marche plus ^^’

  6. Bel article qui respire la liberté. J’admire ta force et la manière dont tu te sers des mots pour clamer tes idées.

  7. Le problème c’est un surtout « tant qu’il y aura des cons » ! Même si les mentalités évoluent (lentement), un individu isolé pourra toujours s’introduire dans la sphère privée d’un couple, quel qu’il soit, lorsqu’elle se manifeste dans un lieu public.

    En ce qui concerne la notion publique/privée de l’orientation sexuelle, je ne pense pas qu’il y ait de règle, chacun se laissera la liberté d’en parler ou pas. Certaines personnes la revendiquent, d’autres en parlent librement et enfin il y a ceux qui préfèrent le garder pour eux.

    La vrai difficulté c’est quand c’est justement à cause des cons que le choix d’en parler ou pas est pris parce que dans ce cas il n’y a plus de liberté.

    Malheureusement les cons sont nombreux et partout, et ils résistent.

Laisser un commentaire

Post Navigation